La chèvre des Pyrénées

En 2010, lorsque Clément se décide à reprendre l’exploitation familiale, il pense à acheter quelques chèvres pour défricher le terrain. Décidé, il court jusqu’en Dordogne avec un ami connaisseur et repart avec un petit cheptel d’une dizaine de chèvres. Il se trouve que ces premières furent des pyrénéennes. Ainsi débuta l’aventure.

La pyrénéenne est désormais la race phare de la Ferme Bacotte. 🐐

Comment reconnaître une chèvre pyrénéenne ?

Premier critère : son poil. Poil long, qui n’a pas de couleur spécifique. En effet, parmi les chèvres de l’AP nous en comptons des unies, des bicolores, des noires, des blanches, parsemées de superbes teintes marrons, des reflets cuivrés, miel. Une incroyable palette. Sheila, la blonde, notre star du Salon de l’Agriculture, est un beau spécimen (cf photo). Mâles & femelles portent la barbe, chez la pyrénéenne. En revanche, les franges sont plus fréquentes chez les mâles.

Deuxième critère : les oreilles. La pyrénéenne a l’oreille longue, horizontale, qui pend légèrement ou qui pend tout court.

Troisième critère : les cornes. À Bacotte, nous aimons beaucoup les mottes. Les mottes, quèsaco ? Une chèvre motte est tout simplement une chèvre sans corne. Mais rassurez-vous, la plupart des Pyrénéennes ont bel et bien des cornes. Généralement des cornes droites, en arrière et les boucs on des cornes assez conséquentes, plus larges que les femelles.

une chèvre à poil long avec ou sans cornes, l’oreille tombante.

Et qu’a-t-elle de plus que les autres, cette chèvre pyrénéenne ?

C’est, tout d’abord, une chèvre adaptée à son milieu. N’oublions pas les principes de l’AP ! Il s’est avéré que Clément, lorsqu’il eut choisi son premier lot de chèvres, avez vu juste. Voyez plutôt :  en plus d’être dans son milieu naturel, la chèvre des Pyrénées est largement adaptée pour débroussailler et ainsi entretenir le milieu dans lequel elle vit. Le fait est que la Pyrénéenne est très robuste et qu’elle a une longévité plus importante que la majorité des autres chèvres. Tous ces bons points mis bout à bout suffisent à compenser sa faible production laitière qui est cependant très riche dans sa consistance et très adaptée à la création de fromage !

🐐

article rédigé à l’aide du site de la chèvre pyrénéenne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s